Olivier Maurel

Écrivain militant – Non à la violence éducative !

By admin

Présentation de mes livres sur la violence éducative

Comme je crains qu’il reste encore, de par le monde, quelques personnes et même quelques malheureux parents qui n’ont pas lu mes livres sur la violence éducative, il me semble utile d’en faire une présentation résumée. Mais comme ce blog n’a pas l’air d’accepter les articles trop longs ou peut-être parce que je me débrouille mal avec lui, je publie (ou j’essaie de publier !!!) cette présentation en quatre épisodes.

[Note de l'administrateur : pour un soucis de clarté j'ai pris le parti de regrouper les quatre articles en un]

Épisode 1 : La Fessée, Questions sur la violence éducative

Le premier livre que j’ai écrit sur ce sujet est La Fessée, Questions sur la violence éducative.

Visuel du livre "La fessée : questions sur la violence éducative"

Les éditions La Plage avaient demandé à Alice Miller d’écrire un livre sur ce thème. Elle n’en avait pas le temps et, comme nous correspondions depuis quelques années, elle a jugé que j’étais capable de l’écrire. Je me suis donc lancé dans cette entreprise et le livre a paru en avril 2001. Il a tout de suite été bien accueilli par la presse et par les lecteurs. L’éditeur m’a demandé une réédition augmentée en 2004 et depuis il n’a pas cessé de se diffuser. Il doit en être à plus de 20 000 exemplaires vendus. Il a été traduit en anglais sur le site américain Nospank, et une édition en italien, sous le titre La Sculacciata doit paraître en mars 2013 aux éditions Leone verde. Si j’en crois tout le courrier que j’ai reçu, ce livre a été utile à beaucoup de parents et il a valu à pas mal d’enfants de ne jamais être frappés.

Le plus bel hommage qu’il ait reçu, celui de Swan Nguyen, auteur du livre Du prince Charmant à l’homme violent, Prévenir la violence conjugale (Ed; L’Esprit du temps, 2015) : C’est un petit livre, mais arrivé à la dernière page, on se sent grandi. »

Épisode 2 : Œdipe et Laïos

Le second de mes livres sur la violence éducative est une conséquence du premier. Un psychanalyste, Michel Pouquet, qui avait lu une interview de moi dans le quotidien Var-Matin, suite à la publication de La Fessée, a écrit au journal en critiquant mon point de vue. J’ai répondu à mon tour par le biais du journal, puis nous avons correspondu pendant un an. Nous nous sommes alors dit que notre dialogue pouvait intéresser d’autres personnes et nous l’avons publié aux éditions de L’Harmattan en 2003, sous le titre Œdipe et Laïos, Dialogue sur l’origine de la violence.

Visuel du livre "Oedipe et Laïos"

Michel Pouquet y défend la thèse de la psychanalyse lacanienne selon laquelle ce sont les pulsions déjà présentes chez l’enfant qui sont à l’origine de la violence humaine. J’y défends au contraire l’idée que toute violence commise a pour origine une violence ou un traumatisme quelconque subis dans l’enfance. Le dialogue est courtois, mais… assez animé !

Épisode 3 : Oui, la nature humaine est bonne !

En continuant à travailler sur la violence éducative qui est un sujet inépuisable, j’ai pris de plus en plus conscience que la violence éducative avait des conséquences non seulement sur les individus qui la subissaient, mais aussi sur les idées, les croyances, les religions, bref, la culture humaine entière.

J’ai été de plus en plus convaincu aussi que la violence éducative nous a persuadés depuis notre petite enfance que nous sommes mauvais, que notre nature est mauvaise. Si nos parents sont obligés de nous battre pour nous « corriger », c’est que nous sommes, comme le disait Kant, des « bois tordus » qu’il faut à tout prix « redresser ». J’ai donc exploré toutes ces conséquences et ça a donné un gros livre qui a paru en janvier 2009.

Visuel du livre "Oui, la nature humaine est bonne !"

Ce livre m’a valu une bonne critique de Nancy Huston dans le Monde des livres et beaucoup de sympathiques lettres de lecteurs, notamment de psychothérapeutes. Il a d’ailleurs été à l’origine de deux colloques organisés par la Fédération française de psychothérapie et psychanalyse (FF2P).

Épisode 4 : La violence éducative : un trou noir dans les sciences humaines

Mais au cours de toutes les recherches que j’ai faites depuis l’édition de La Fessée, j’ai lu énormément de livres sur la violence humaine en général et je me suis aperçu que les auteurs de ces livres ne tenaient pratiquement jamais compte de la violence éducative subie dans leur enfance par la majorité des hommes et de l’influence qu’elle pouvait avoir sur leur comportement d’adultes en matière de violence et de soumission à la violence.

J’ai écrit aux auteurs de ces livres pour leur demander pourquoi ils n’avaient pas parlé de la violence éducative. Beaucoup ne m’ont pas répondu, mais certains m’ont dit qu’ils n’y avaient pas pensé, ce qui est assez étonnant quand on travaille pendant deux ou trois ans sur une livre censé aborder toutes les formes de violence.

Visuel de "La violence éducative : un trou noir dans les sciences humaines"

J’ai donc entrepris d’écrire un livre portant sur tous les ouvrages de sciences humaines (psychologie, psychanalyse, histoire, sociologie…) traitant de la violence humaine, publiés autour de l’année 2008. J’ai pu ainsi montrer que les effets de la violence éducative sont tels qu’ils agissent jusque sur l’esprit des intellectuels du plus haut niveau, et notamment sur l’esprit des plus médiatiques, ceux qui ont le plus d’influence sur l’opinion publique. Non seulement ils leur font oublier de parler de la violence éducative, mais, plus grave encore, ils leur font attribuer à la nature des enfants les comportements violents qui découlent en fait de la façon dont les enfants sont traités depuis leur plus jeune âge.

By admin

En relisant Alice Miller (3)

La mention de l’aphorisme de Freud écrit par le créateur de la psychanalyse alors qu’il avait quinze ans ne se justifie pas beaucoup mieux que le proverbe qui ouvre l’avant-propos.

Je ne vois pas en quoi cet aphorisme montre que Freud adolescent comprenait que si beaucoup de gens croient qu’ils n’ont pas de besoins, c’est seulement parce qu’ils ne les connaissent pas. Il semble plutôt montrer que le seul Freud qu’Alice Miller reconnaissait encore au moment où elle a écrit ce livre, était le Freud presque enfant, celui qui n’avait pas encore énoncé sa théorie des pulsions.

Mais dans le paragraphe suivant, elle renonce à toute révérence à l’égard de Freud et expose sa pensée en toute clarté. Elle montre que l’enfant qu’on appelle “égoïste” est en réalité un enfant qui a des désirs propres et qui les exprime, alors que les parents ont tendance à ne considérer comme “bons” que les enfants qui satisfont non pas leurs propres désirs, mais ceux de leurs parents. “Éduquer” un enfant, c’est le plus souvent l’utiliser pour satisfaire ses propres désirs, sous prétexte de le “socialiser”. Contraint par sa dépendance à l’égard de ses parents, l’enfant apprend donc vite à “partager”, à “donner”, à “se sacrifier” et à “renoncer”, mais avant d’être capable de vrai partage et de vrai renoncement.

Inversement, “un enfant qui est allaité pendant neuf mois” donc qui, d’après Alice Miller, a pu satisfaire entièrement son désir de téter, “ne veut plus téter” et on n’a pas besoin de “l’éduquer à renoncer au sein”. Cette limite de neuf mois, qui semble assez arbitraire, a souvent opposé Alice Miller à la Leche League, qui estime, à juste titre, je crois, qu’un enfant peut téter beaucoup plus longtemps pour son plus grand bien. Alice Miller allait jusqu’à dire qu’une mère qui allaite son enfant plus longtemps le fait pour satisfaire ses propres besoins. Il me semble même qu’elle a parlé d’attitude incestueuse. Sans doute un des rares restes, chez elle, de psychanalyse orthodoxe…

By admin

Oui, la nature humaine est bonne !

Comment la violence éducative la pervertit depuis des millénaires

Vient de paraître, le 22 janvier 2009, aux éditions Robert Laffont, mon dernier livre : Oui, la nature humaine est bonne ! Comment la violence éducative ordinaire la pervertit depuis des millénaires.
Bien que j’en sois l’auteur et que je sois donc tenu à un peu de modestie, j’ai la faiblesse de penser que ce livre est important. Et j’ai la chance que les responsables de la maison d’édition qui l’a accepté et publié (Robert Laffont) le pensent aussi. Ils – et surtout elles – ont beaucoup fait pour que ce livre atteigne son public. Elles en ont envoyé plus de 300 exemplaires aux journalistes de la presse écrite, de la radio, de la télévision et d’internet, ce qui laisse espérer que ce livre ne passera pas inaperçu.
Son but est d’étudier un fait étrange. Comment se fait-il qu’aucun philosophe, théologien, sociologue, psychologue, historien ou psychanalyste n’ait jamais sérieusement tenu compte, dans tout ce qu’ils ont dit sur la nature humaine, du fait, pourtant indiscutable, que 80 à 90% des enfants ont été dressés par la violence (bastonnade, flagellation, etc.) depuis des millénaires ? Est-il pensable que ce dressage n’ait pas eu d’effets sur le corps, la santé, les comportements, la violence, mais aussi l’esprit, les idées, les cultures, les croyances, les religions de tous ceux qui l’ont subi ? En particulier, comment notre conception de la nature humaine, et donc de la nature des enfants, aurait-elle pu ne pas en être influencée ?

Depuis les premières civilisations dotées d’une écriture jusqu’à nos jours, on a attribué aux enfants (et donc à la nature humaine) la « folie » (proverbes bibliques), le « péché originel » (le christianisme), une « violence bestiale » (quantité de penseurs), des « pulsions » mortifères ou une « violence fondamentale » (la psychanalyse). Et cela sans tenir aucun compte de ce qu’on leur faisait subir dès leur petite enfance, ou en le justifiant.

Une fois qu’on a pris conscience du dressage violent subi par la majorité de l’humanité pendant toutes les années où le cerveau des enfants se forme, beaucoup de choses qui paraissaient incompréhensibles s’éclaircissent. Et la violence humaine notamment est beaucoup moins énigmatique. De même, une fois qu’on a compris que la Terre tournait autour du Soleil, on n’a plus eu besoin d’imaginer toutes sortes de théories bizarres pour expliquer le mouvement des planètes.

Cette découverte, ce n’est pas moi qui l’ai faite, c’est Alice Miller. Le but de mon livre est de briser le mur du silence qui, en France, a jusqu’à présent interdit à cette découverte d’être reconnue pour ce qu’elle est : une véritable révolution.

Ce livre n’est pas difficile à lire. Il expose le plus clairement possible la façon dont la violence éducative appliquée à presque tous les enfants a amené de tous temps les hommes à les considérer comme des êtres naturellement déraisonnables qu’il était indispensable de corriger violemment pour les civiliser. Avec, bien évidemment le résultat inverse : une humanité portée à la violence par la violence qu’elle a subie, portée à la soumission aux pires dictateurs ou gourous par l’habitude prise d’obéir, portée à la cruauté par la perte du sens de l’empathie. Tout cela est aujourd’hui largement confirmé par la connaissance du développement du cerveau et par la prise de conscience des remarquables capacités relationnelles innées des enfants : attachement, empathie, imitation.

En vous procurant ce livre, en envoyant ce message à vos amis et connaissances, vous aiderez à son lancement et vous participerez aux changements qu’il peut produire, je l’espère, dans les mentalités. Vous pouvez aussi, après l’avoir lu, dire ce que vous en pensez sur les sites des librairies en ligne ou sur votre blog si vous en avez un. Et si vous me faites part de vos réactions, j’en serai très heureux.

Ci-dessous les quatre premières critiques (j’espère qu’il y en aura d’autres !) et le sommaire du livre.

Psychologies Magazine, Février 2009.

Une bonne fessée, une gifle méritée... Dans ce livre très argumenté contre les châtiments corporels, un père de cinq enfants rappelle qu'en France, aujourd'hui encore, 84% des enfants sont frappés. Ces violences tolérées sont parfois source de dégâts : difficultés scolaires, comportements à risques, agressivité... A lire d'urgence avant de lever la main.

Marie-France Vigor

Catherine Dumonteil Kremer

Fondatrice de La Maison de l’Enfant et auteur de plusieurs livres sur l’éducation. Sur la liste de discussion Parents-conscients (sur Yahoo).

J'ai lu ce week end le dernier livre d'Olivier, "Oui la nature humaine est
bonne" chez Robert Laffont, je l'ai trouvé excellent. Je me suis régalée en
le lisant. Voilà réunis en un seul ouvrage presque tous les arguments contre la violence éducative, l'aveuglement sur cette violence au cours des siècles passés, mais aussi chez les psychanalystes, médecins, auteurs, religieux, etc. Je trouve qu'Olivier a eu beaucoup de courage de dénoncer sans aucune ambiguité les mauvais traitements à enfants. J'espère que son livre convaincra les sceptiques !

Alice Miller (sur son site)

C'est avec grand plaisir et soulagement que je vous annonce la parution du livre important d'Olivier Maurel.
Puisqu'après des millénaires d'obscurité presque totale, voilà un livre qui ose enfin jeter la lumière vers la vérité en montrant sans ambiguïté, sans crainte ni hésitation, que la nature humaine est bonne. Or, on la détruit systématiquement et constamment par l'éducation violente que presque chaque enfant doit subir dans les premières années de sa vie au moment le plus sensible, quand son cerveau se construit.
Depuis plusieurs années mais d'une autre façon je continue d'expliquer dans mes différents livres cette dynamique. Maurel poursuit ces recherches en montrant comment pendant des millénaires les pédagogues, les écrivains, les philosophes, les hommes d'Eglise se perdent dans le brouillard pour ne pas reconnaître la vérité si simple et claire mais, il est vrai, très douloureuse à tous le monde. Même les psychanalystes modernes, maintiennent encore que l'homme est né méchant, pervers, égoïste et que les adultes doivent le faire gentil, altruiste et empathique.
Dans toutes les cultures on est confronté au même déni, malgré le fait que la réalité montre le contraire, l'homme est né bon, capable d'apprendre l'amour et la compassion, mais cette richesse est engloutie juste à l'aube de son existence par les traitements qu'il subit.
Par exemple Saint Augustin qui était sévèrement  battu à l'école et jamais soutenu par ses parents qui au contraire le ridiculisaient gravement, trouve dans ses Confessions "la solution" de sa situation tragique en écrivant qu'il est nécessaire de battre les enfants.  Malheureusement, l'Eglise a adopté sa version et pendant seize centenaires elle a maintenu sans aucune hésitation la même version trompeuse malgré le fait que dans la bible Jésus a toujours dit qu'il fallait respecter les enfants et ne pas les battre.
C'est un livre que je vous souhaite de lire et relire aussitôt que possible, il est nécessaire, illuminant et accessible à tous le monde. La tragédie de l'être humain est si brillamment décrite et expliquée ici qu'il est totalement incompréhensible que les psychanalystes n'en ont pas encore pris connaissance et continuent d'écrire sur l'instinct destructeur de l'enfant.

Jacques Trémintin

Recension à paraître dans le numéro 917, du 19 février, de Lien Social

*Pour mettre fin à la violence éducative ordinaire*
On peut distinguer trois époques dans la prise de conscience de la maltraitance subie par les enfants.
La première, qui a duré des millénaires, est à peine troublée par quelques voix largement inaudibles face à la domination du déni. La violence dans l'éducation y est considérée comme banale et légitime : la douleur provoquée par les coups agirait sur la raison, la volonté et la mémoire de l'enfant, l'incitant donc à éviter de reproduire le comportement qui a causé le châtiment. Cette conviction perdure, d'autant plus qu'elle est confortée par les religions, les philosophies et les traditions éducatives.
La seconde époque trouve ses prémisses dans l'abolition, dans le code Justinien du VI^ème siècle, du droit de vie et de mort du père sur ses enfants ou dans le vote, en 1889, de la loi permettant la déchéance de la puissance paternelle. Mais, c'est vraiment dans la deuxième moitié du XX^ème siècle qu'elle s'amorce vraiment, avec la pénalisation des mauvais traitements sur mineurs. Ce mouvement reste toutefois incomplet, puisqu'il prétend ne viser que les actes qui "troublent gravement l'enfant", excluant par là même ceux qui le troublent, mais moins gravement !
Olivier Maurel est à l'initiative, avec d'autres auteurs comme Alice Miller, d'une réflexion qui inaugure la troisième époque : celle qui s'intéresse aux effets délétères de la violence éducative ordinaire que constitue "l'ensemble des moyens violents qui ont été et sont utilisés, tolérés et souvent recommandés pour faire obéir et pour éduquer les enfants". Olivier Maurel nous propose ici une somme de réflexions médicales, philosophiques, historiques, intellectuelles, éthiques qui viennent bousculer bien des idées reçues et apporter des éléments de compréhension sur le fonctionnement humain.
La thèse centrale de l'auteur consiste à réfuter le postulat d'un petit d'homme qui serait naturellement poussé à l'agressivité par ses pulsions ou sa nature animale. Le comportement humain consistant à humilier, torturer ou provoquer la douleur de son prochain ne se retrouve nulle part chez les autres espèces. Ces manifestations sont liées à un conditionnement et à une éducation qui le confrontent très tôt à la violence. L'attachement qui relie l'enfant à ses parents, pour peu qu'il soit fait de douceur, de tendresse et de sollicitude peut l'amener à reproduire la relation de bienveillance qu'il a reçue. Mais quand le sens de l'empathie a été détérioré très tôt et tout au long de l'enfance, les principes moraux peuvent tout autant devenir de véritables prothèses sur une fonction absente. Il ne faut donc pas se contenter de combattre la violence seulement quand elle est excessive, mais aussi quand elle est ordinaire, explique l'auteur, démontrant avec brio ses effets délétères tant au niveau individuel que collectif.

Sommaire

Avant-propos
Première partie - La violence éducative et ses effets sur les individus et les relations interpersonnelles
Chapitre I - Définition et nature de la violence éducative ordinaire
Chapitre II - Effets de la violence éducative sur ses victimes
Chapitre III - Violence éducative et relations interpersonnelles
Chapitre IV - L'apport de la neurobiologie à la compréhension des effets de la violence éducative
Chapitre V - Violence éducative et comportements innés
Deuxième partie - Violence éducative ordinaire et culture
Chapitre I - La violence éducative de ses origines à ses répercussions religieuses
Chapitre II - Un avatar du péché originel : la férocité animale de l'enfant et de l'homme
Chapitre III - Un nouvel avatar du péché originel et de la bestialité : la théorie des pulsions
Chapitre IV - Résistance des autorités médicales à la révélation de la maltraitance et des abus sexuels
Chapitre V - Une source d'illusion : la résilience
Chapitre VI - Violence éducative et littérature, ou la cécité et le silence des écrivains
Chapitre VII - Méconnaissance de la violence éducative dans les grandes études sur la violence
Chapitre VIII - La violence éducative ordinaire : une pratique culturelle dénaturante
Chapitre IX - Résistance de la violence éducative à sa remise en question
Troisième partie - Sortir de la violence éducative
Chapitre I - Réhabiliter notre vision de l'enfant, et donc de l'homme
Chapitre II - Prémisses d'un changement
Conclusion - Et si la nature humaine était bonne…
Annexes
1. Violences dans les institutions.
2. Précisions sur les effets du stress sur la santé.
3. Effets du stress sur la mémoire.
4. Violence éducative chez les !Kung.

Nombre de pages : 356

By admin

Un viatique pour le troisième millénaire

L’histoire biblique de Joseph et ses frères

Dans son livre Quand ces choses commenceront, René Girard établit un passionnant parallèle entre le mythe grec d’Oedipe et l’histoire de Joseph, le fils de Jacob, dans la Bible (Genèse, 37; 50, 26).

Au départ, dans les deux cas, un enfant qui est vu comme une menace pour sa famille : l’un parce qu’un oracle a déclaré qu’il tuerait son père et sa mère, l’autre parce qu’il a fait des rêves qui annoncent sa domination sur ses frères. Laïos, le père d’Oedipe, se débarrasse de son fils en l’exposant; les frères de Joseph se débarrassent de leur frère.

Sauvés tous les deux, l’un se trouve amené à commettre un parricide et un inceste, l’autre, Joseph, injustement accusé du viol d’une femme, sauve la vie de son père et de ses frères.

Mais René Girard montre que la différence essentielle entre les deux récits tient au fait que le mythe grec accuse Oedipe, considéré comme réellement parricide et incestueux, alors que le récit biblique met en valeur l’innocence totale de Joseph.

Il est intéressant d’approfondir encore le parallélisme des deux récits et de les considérer sous l’angle de la violence parentale.

Laïos commet à l’égard de son fils une des pires violences : il ne le reconnaît pas, au sens légal où un père peut reconnaître son enfant, à cause de l’oracle, et le fait exposer dans la montagne afin qu’il y meure. Juste retour des choses : lorsqu’Oedipe qui a fui ses parents adoptifs pour ne pas commettre de parricide ni d’inceste, se trouve face au char de Laïos, il ne le reconnaît pas non plus, puisqu’il ne l’a jamais connu, et il le tue.

Jacob, lui, aime son fils. Il est troublé par les songes prophétiques de Joseph, mais ne lui retire pas pour autant son amour. Et ce sont ses frères et non pas lui qui tentent de faire périr Joseph. Aussi, étonnante symétrie, c’est Joseph, à la fin du récit, qui s’avance sur son char à la rencontre de son père : “Dès qu’il parut devant lui, il se jeta à son cou et pleura longtemps en le tenant embrassé. Israël dit à Joseph : “A ce coup, je puis mourir, après que j’ai revu ton visage et que tu es encore vivant.”
Jacob se réjouit de revoir son fils et de le revoir vivant, alors que revoir son fils vivant était le cauchemar de Laïos.

Joseph sauve toute sa famille de la famine, alors que le mythe grec considère Oedipe comme responsable de la peste qui décime les habitants de Thèbes.

Pour René Girard, la caractéristique des mythes bibliques est précisément de raconter, comme tous les mythes, des récits d’expulsion ou de lynchage, mais en soulignant l’innocence des victimes. Ainsi Caïn tue Abel, comme Romulus tue Remus, mais Abel est totalement innocent, alors que Rémus, dans un geste de défi, a franchi le sillon tracé par son frère.

Dans le récit grec, la violence de Laïos se retourne contre lui et amène son fils à le tuer et fait le malheur de sa famille. Dans le récit biblique, l’amour de Jacob pour son fils fait de Joseph son sauveur ainsi que le sauveur de toute sa famille.

Nous sommes dressés dès la classe de terminale à croire à l’interprétation psychanalytique du mythe d’Oedipe, interprétation qui accroît la responsabilité d’Oedipe puisque ce n’est plus seulement un oracle extérieur qui pousse Oedipe à tuer son père et à commettre l’inceste avec sa mère, ce sont aussi ses pulsions les plus originelles. L’enfant, tout enfant, veut tuer son père et coucher avec sa mère.
Cette théorie aberrante infeste encore très concrètement des livres de puériculture destinés aux parents (cf. les best-sellers de Christiane Olivier où les enfants sont présentés comme des ogres qu’il ne faut pas hésiter à dresser à coups de taloches).

Il est légitime de craindre qu’une telle théorie, largement vulgarisée, ait les mêmes effets que l’oracle prononcé sur Oedipe. En accusant les enfants, en poussant les parents à se méfier des “pulsions” de leurs enfants, elle risque d’amener les parents à perpétuer la violence éducative et leurs enfants à recourir eux-mêmes à la violence sur leurs semblables.

Si, par beaucoup de ses proverbes, l’Ancien Testament préconise la violence éducative, un autre courant qui le parcourt est porteur d’histoires profondément riches de sens et d’amour, comme celle de Joseph.

Il serait bon d’opposer à l’aberrant complexe d’Oedipe, la simplicité et l’innocence de Joseph qui, parce qu’il a été aimé et reconnu par son père, est sensible à la souffrance non seulement de son père mais aussi de ses frères, malgré leur tentative de meurtre, leur pardonne et les sauve.

L’humanité, aujourd’hui, a besoin d’être sauvée de ses folies par les futurs adultes que sont nos enfants et petits-enfants. Ils ne pourront le faire si nous mettons sur et dans leur tête un oracle (le complexe d’Oedipe) qui nous empêche de leur faire confiance et qui les voue à la violence. L’histoire de Joseph est un meilleur viatique pour le troisième millénaire que le mythe d’Oedipe réinterprété par Freud et ses successeurs.

By admin

Pour une réinterprétation du personnage d’Abraham

Abraham est-il un exemple d’obéissance ou d’objection de conscience ?

« Nous sommes des hommes, des frères »

On a rarement souligné à quel point le personnage biblique d’Abraham, reconnu comme père des croyants par les juifs, les chrétiens et les musulmans, peut être considéré comme une figure emblématique des origines les plus lointaines de la non-violence, ou du moins du refus de la violence. Et cela malgré l’épisode du sacrifice d’Isaac.

Même si l’on fait la part du mythe dans le récit de sa vie, il faut reconnaître que l’auteur de ce récit puis ceux qui l’ont recueilli pour en faire un des grands textes racontant les origines de la religion juive, lui ont donné une signification étonnamment non-violente qu’occultent malheureusement les interprétations courantes que l’on en donne et que ne permet pas de voir une lecture rapide.

Quand on considère les vingt et un épisodes qui constituent ce récit d’après le découpage de la Bible de Jérusalem (Genèse, 12- 25,11), on s’aperçoit que nombre d’entre eux présentent Abraham comme étant à l’origine d’une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que la poussière de la terre: Abraham est source de vie surabondante.

Mais il est aussi et surtout celui qui protège la vie. Cela apparaît de la façon la plus claire dans l’épisode de la destruction de Sodome et Gomorrhe (Genèse, 18, 16 – 19, 29). Dieu a décidé de détruire ces deux villes à cause des mœurs de leurs habitants, particulièrement abominables à ses yeux et à ceux des Israélites. Dès qu’il apprend ce projet de Dieu, Abraham tente d’intercéder auprès de lui. Or, ce qui est frappant dans cet extraordinaire marchandage, c’est qu’Abraham ne tente pas de sauver les justes, ni même son neveu Lot et sa famille, du milieu des pécheurs, mais de sauver les pécheurs en invoquant les justes: « Vas-tu vraiment les supprimer et ne pardonneras-tu pas à la cité pour les cinquante justes qui sont dans son sein? (…) Mais peut-être des cinquante justes en manquera-t-il cinq (…) peut-être n’y en aura-t-il que quarante (…) trente, (…) vingt, (…) dix(…) » Mais Dieu, moins miséricordieux qu’Abraham, détruit Sodome et Gomorrhe et ne laisse la vie sauve qu’à Lot et aux siens. Si l’on songe que ceux qu’Abraham essaie de sauver sont ceux-là même qui vont tenter de s’emparer des anges de Yahvé pour les violer, on ne peut qu’être stupéfait et du respect de toute vie que manifeste Abraham et de son indépendance d’esprit par rapport à la morale de son temps qui condamnait sans la moindre indulgence l’homosexualité. Aux yeux d’Abraham, qui semble dépourvu de tout préjugé moral, la vie des abominables habitants de Sodome a exactement autant de valeur que celle de son neveu Lot et de sa famille.

Lorsqu’Abraham arrive, avec son neveu Lot au pays de Canaan (Genèse, 13, 1-13), une dispute éclate entre ses bergers et ceux de son neveu. Immédiatement, afin « qu’il n’y ait pas de dispute » entre lui et son neveu, Abraham laisse son neveu choisir la meilleure terre, celle qu’arrose le Jourdain.

Plus tard, lorsque Sara, sa femme l’oblige à chasser Agar et Ismaël (Genèse, 21, 8-19), Abraham, chagriné mais soumis, se lève tôt le matin, sans doute en cachette de Sara, et donne à Agar et Ismaël, au moment de leur départ, peu de choses, certes, mais du moins le pain et l’eau qui leur permettront de survivre jusqu’au puits le plus proche.

Il faut même reconnaître qu’Abraham pousse le respect de la vie, lorsqu’il s’agit de la sienne, jusqu’à la lâcheté la plus impardonnable. Craignant que Pharaon ne soit séduit par la beauté de Sara et ne veuille, pour cette raison, le tuer pour s’emparer d’elle (Genèse, 12, 10-20), il la fait passer pour sa sœur et laisse Pharaon la prendre pour femme. Et il utilise le même stratagème face à Abimélek, toujours pour sauver sa vie (Genèse, 20, 2-18).

Abraham est certes capable de se battre, mais la seule fois où on le voit faire la guerre, c’est pour sauver son neveu Lot et les siens qui ont été faits prisonniers par des tribus adverses. Et alors que la Bible regorge de récits de massacres, le texte dit simplement ici: « Il les assaillit de nuit, lui et ses gens, il les battit et les poursuivit jusqu’à Hoba, au nord de Damas. » (Genèse, 14, 15).

Ajoutons qu’au moment de sa mort, Abraham, qu’on présente parfois comme un conquérant, ne possède pas le moindre arpent de terre en Canaan et qu’il est obligé de supplier Ephron, le Hittite, de lui donner un coin de terre pour enterrer Sara (Genèse, 23, 1-20).

Or, ce même homme qui ne pense qu’à protéger la vie et pour qui la protection de la vie est plus importante que la morale la plus élémentaire, comme le montrent les épisodes de Sodome, de Pharaon et d’Abimélek, voilà que, lorsque Yahvé lui demande de sacrifier son fils, il obéit sans la moindre hésitation: « Prends ton fils, ton unique, que tu chéris, Isaac, et va-t’en au pays de Moriyya, et là tu l’offriras en holocauste sur une montagne que je t’indiquerai. » Sur ces paroles, et sans la moindre protestation, Abraham obéit (Genèse, 22, 1-19).

Est-ce vraiment le même homme qui a marchandé avec Dieu pour sauver Sodome? Il est difficile de le croire. Le contraste entre cet épisode et l’ensemble du récit est trop grand. Il invite en fait, presque comme un signal placé dans le texte, à une réinterprétation du sacrifice d’Isaac.
La Bible de Jérusalem fournit ici une précieuse indication. Le pays de Moriiya où Yahvé envoie Abraham n’est autre que Jérusalem. Or la même édition de la Bible nous apprend que dans ce même lieu se trouvait un « brûloir » à enfants (Lévitique, 18, 21) et que le rite des sacrifices d’enfants s’était introduit en Israël.

Si l’on tient compte de cela, l’épisode du sacrifice d’Isaac prend une tout autre dimension et signification. Le premier ordre de Yahvé n’est probablement rien d’autre que celui de la terrible coutume qui contraint les pères à brûler leur premier né. Ce n’est pas un ordre adressé spécialement à Abraham, mais une tradition à laquelle chacun se doit d’obéir. Et le chef du clan peut encore moins qu’un autre s’y soustraire. Abraham accepte donc ou feint d’accepter cette coutume.

Il part avec deux jeunes gens. Mais arrivé à quelque distance du lieu du sacrifice, il ordonne aux jeunes gens de ne pas le suivre. Et de ce qui a suivi, seuls sont censés avoir été témoins Abraham et Isaac. Abraham, dont les épisodes de ses mensonges à Pharaon et à Abimélek montrent que le respect de la vérité n’était pas sa principale qualité, a pu raconter exactement ce qu’il a voulu. Du moins le récit le laisse entendre, car rien ne l’obligeait, s’il avait voulu vraiment sacrifier Isaac, à maintenir à distance ses deux serviteurs.

Rien n’empêche de supposer, si l’on veut que l’épisode du sacrifice d’Isaac ne soit pas en contradiction avec l’ensemble du récit, c’est qu’Abraham, dès le départ, ou bien une fois arrivé sur le lieu du supplice, n’a pas supporté l’idée de sacrifier son fils. L’amour qu’il avait pour lui, qui est probablement le seul et véritable « Ange de Yahvé », le lui interdisait. Il a donc inventé l’intervention de l’ange comme il avait inventé par deux fois que Saraï (puis Sara) était sa sœur et non sa femme. Et il a inventé un rite de substitution : le sacrifice d’un bélier.

Vu de cette façon, le sacrifice d’Isaac se réintègre parfaitement dans la logique du personnage. Il perd son merveilleux, mais il en acquiert un autre: celui du cœur et de la conscience. Abraham contrairement à ce qu’on voit toujours en lui, est moins l’homme de la foi que l’homme de la conscience et du cœur, opposés à la tradition issue de la violence fondatrice.

René Girard, qui ne conteste pas l’interprétation traditionnelle du sacrifice d’Isaac, y voit cependant, et c’est ce qui avait attiré mon attention sur cet épisode, le symbole du moment où l’humanité est passée du sacrifice humain au sacrifice animal. Et l’on peut dire que, dans l’optique de La Violence et le sacré, le Dieu qui contraint Abraham à sacrifier Isaac, c’est, à l’évidence, le Dieu de la violence, celui de la tradition et de presque toutes les cultures anciennes, alors que le Dieu qui lui fait délier Isaac, c’est le Dieu des victimes, celui qui s’exprime au cœur des hommes libérés des lois tribales.

Marie Balmary, dans Le Sacrifice interdit, donne du sacrifice une analyse psychanalytique qui, contrairement au reste de son livre, paraît peu convaincante, mais elle éclaire puissamment, par le reste de son analyse, la signification du récit de la vie d’Abraham. Elle montre en effet que l’ordre reçu par Abraham, au moment de son départ de la Mésopotamie, n’est pas, comme on le traduisait habituellement: « Quitte ton pays… » mais, comme le traduit Chouraki: « Va pour toi… » ou « Va vers toi… » L’épisode d’Abraham est un de ceux (peut-être le premier) où se manifeste l’émergence de la personnalité individuelle par rapport au clan et à la tribu. D’abord lorsque son Dieu intérieur lui ordonne de quitter le pays de ses pères; ensuite lorsqu’il refuse de mettre en pratique la terrible tradition du sacrifice des premiers nés; enfin quand, conscient de la difficulté qu’éprouvent les hommes de se passer de rites, il invente un sacrifice de substitution : le sacrifice des animaux.

Abraham est le protecteur de la vie par excellence, et, pour cette raison, le premier « objecteur de conscience ». La figure d’Abraham s’élève face aux traditions cruelles de sa tribu et de toutes les tribus (puisque le sacrifice humain était une pratique universelle), comme s’élèveront plus tard celle d’Antigone face à l’autorité du prince, celle de Socrate face au pouvoir naissant du démos athénien, et celle du Christ face aux prêtres de sa propre religion.

Si les fidèles des religions abrahamiques, juifs, chrétiens et musulmans, voyaient en Abraham non pas un homme à la foi aveugle et impitoyable, mais un homme à la conscience et au cœur éveillés qui, tranquillement et non sans astuce, dit non à toute violence, qu’elle soit humaine ou divine, peut-être cela ne serait-il pas sans conséquences sur leur comportement individuel et collectif. Peut-être aussi se diraient-ils les uns aux autres, comme Abraham : « Nous sommes des hommes, des frères ».